Bienvenue sur le blog des Entrepreneuses Créatives

mercredi 13 décembre 2017

Des contenus de qualités: le secret d'un site web performant.

Source: Christopher Gower/Unsplash

Disposer de son propre site web pour développer la notoriété de sa marque et sortir du lot est l'ambition de nombreuses entrepreneuses créatives. Mais une chose est sûre: il ne suffit pas de créer son site vitrine ou sa boutique en ligne pour être visible.


Fondateur d'Orson.io, une solution française qui permet de créer et gérer facilement son site web, Stanislas Almeida nous explique pourquoi soigner ses contenus est essentiel pour booster la performance et la visibilité de son site.



Bonjour Stanislas, peux-tu nous présenter Orson.io et en quoi son offre se distingue des autres solutions de création de site web?

Orson est un logiciel de création de sites internet à destination des entrepreneurs et PME qui souhaitent se créer un site internet visible et efficace. Nous sommes une des rares sociétés françaises sur ce marché ! Cocorico !


La création de sites s’est grandement simplifiée ces dernières années avec l’arrivée des solutions "tout en un" telles que Orson.io, qui proposent des offres intégrant pour la plupart : nom de domaine, hébergement, ainsi qu’un outil en ligne pour réaliser son site web. Il suffit d’avoir un ordinateur et une connexion web !


Il est important de le souligner, car cela simplifie l’accompagnement des clients grâce à un support en français, des interlocuteurs parlant la langue et donc plus prompts à répondre aux utilisateurs.


Tout a été mis en oeuvre pour accompagner l’utilisateur à chaque étape de la création de son site :
- vidéo en ligne,
- site dédié à l’accompagnement,
- chat disponible de 09h à 18h30,
- formation dans nos locaux.


Nous avons également créé un robot : "Orson bot", qui accompagne l’utilisateur directement dans l’application afin de le guider vers les meilleures pratiques à appliquer sur son site, pour lui garantir un maximum de visibilité.


Cette volonté d’accompagnement se traduit aussi dans le monde physique à travers des Workshops gratuits qui sont organisés tous les mois à Paris et dans plusieurs villes de France sur la création de sites. Depuis 2 ans, c’est plus de 2 000 entrepreneurs qui ont participé à une conférence d’Orson.


Un client nous a dit un jour : "On vient chez Orson pour sa simplicité et on reste pour son efficacité. »

Je ne pourrais pas dire mieux :-)

Depuis Octobre, nous avons créé de nouvelles offres pour aller encore plus loin dans l’accompagnement de nos clients.

Source: Lauren Mancke/Unsplash

Pourquoi est-il essentiel aujourd'hui de proposer des contenus web qualitatifs?

Internet compte 1 milliard de sites internet dans le monde. On considère qu’il y en a 600 000 qui sont créés ou recréés chaque jour.

Avec un tel volume de sites, Google est devenu d’une très grande exigence. Pour mémoire, le seul et unique métier de Google est de présenter le site le plus pertinent en fonction de la requête de l’internaute.

Google a donc tout mis en oeuvre à travers son algorithme, pour qualifier les sites les plus qualitatifs. Il va pour cela analyser chaque site internet pour comprendre son activité et qualifier sa pertinence.
Pour lui, un site qualitatif est un site qui est visité, sur lequel les internautes restent longtemps et visitent plusieurs pages. Les éléments techniques comme le temps de chargement des pages, l’adaptabilité aux smartphones et tablettes sont également des éléments importants.

Il n’y a donc qu’un moyen d’être visible sur Google, c’est de proposer des contenus qualitatifs aux internautes qui resteront donc naturellement longtemps sur le site pour les lires et iront aussi visiter d’autres contenus.

Le géant américain est aussi connu pour être un “obsédé textuel”. Il aime les contenus importants, c’est à dire supérieurs à 1 000 mots. Il considère que les contenus conséquents sont à priori plus qualitatifs que les autres.

Différentes études tendent à démontrer que 80% des sites affichés sur la 1ère page de résultats de Google, dépasseraient la barre des 1000 mots.

Pour conclure, il y a donc deux points à retenir pour comprendre pourquoi le contenu est si important.
Votre référencement d’une part: l’absence de contenus de qualité rend Google indifférent à votre site internet. Vous allez donc terminer dans les abysses du moteur de recherche.

D’autre part, vos internautes. Votre contenu représente votre expertise, un mauvais contenu équivaut à un manque de crédibilité de votre part. Vous êtes ce que vous écrivez !

Quelles sont les bonnes pratiques à adopter pour optimiser ces contenus web pour le référencement?

Voici 4 points essentiels pour créer du contenu qui plaise à la fois aux internautes et à Google:
1/ Être le plus précis possible.

Les internautes ont une lecture très synthétique. Peu d’entre eux restent plus de 30 secondes sur votre page. Vous devez donc être précis et répondre à la question posée. Si vous écrivez un pavé compact, vous risquez d’en décourager plus d’un !

Pour faciliter la lecture :
- Aérer vos paragraphes
- Structurer votre texte avec des titres et sous titres.

Votre internaute doit comprendre le sujet en le survolant.

2/ Centrer chaque page de votre site internet sur un mot clé et respecter quelques règles pour faciliter la lecture à Google mais aussi aux internautes.

Voilà comment Google voit votre contenu:






L’image ci dessus illustre la structure du texte sur la page internet. Vous devez comprendre que Google ne lit pas comme nous, il existe une structure à respecter !


Ensuite, chacun de ses titres doit être alimenté avec vos mots clés.
Le mot clé devra obligatoirement se retrouver dans le titre de la page (title), dans l’URL de la page et dans le titre principal de la page (h1).


Ensuite, le contenu texte de la page doit avoir une sémantique riche autour du champ lexical de ce mot clé.


3/ Varier vos contenus


On estime que presque 75% des textes sont lus en diagonale !
La capacité de concentration des internautes a terriblement baissé ces dernières années.


Varier votre contenu avec des images, vidéos et infographies vous permet d’avoir un contenu dynamique. C’est à dire un contenu qui sera plus facilement lu et surtout partager !


Google est le plus grand libraire du monde. Si tout le monde parle de votre livre (votre site) alors vous avez rédigé le meilleur livre du monde.


Vos internautes sont le meilleur moyensde booster votre référencement. Sachant que nous retenons 20% de ce que nous lisons contre 80% de ce que nous voyons vous aurez compris l’importance de dynamiser votre contenu.


4/ Faire connaître votre contenu

Une fois la page construite, il faudra la faire connaître. Cette dernière étape est des plus importantes. Une page n’a pas d’existence pour Google si personne n’en parle.

L’objectif est donc de créer des liens entrants vers cette page. Plus elle aura de liens, plus Google la fera monter dans les résultats de son moteur de recherche.

Il existe plusieurs techniques pour générer des liens entrants, n’hésitez pas regarder l’article que nous avons rédigé sur le sujet.

Voilà quelques astuces que je vous livre pour améliorer votre contenu web et créer un site internet visible et efficace. Vous pouvez dès aujourd’hui les appliquer et lire sur le sujet.

N’oubliez pas, “celui qui lit le plus écrit le mieux”.  

A vous de jouer !

lundi 20 novembre 2017

Retour sur le salon Créations et Savoir-Faire

Nous sommes de retour chez nous après une belle séance de dédicaces sur le stand de notre éditeur Eyrolles au salon Créations et Savoir-Faire. Nous avons eu la chance de rencontrer de belles entrepreneuses créatives en activité ou en projet. Nous avons pu répondre à leurs questions et les renseigner sur nos livres. Notre tome 1- Vendre et mettre en avant ses créations - est d'ailleurs presqu'épuisé et nous devrions travailler sur une nouvelle édition de ce guide qui a tant plu aux entrepreneuses créatives !

En attendant, il nous faut terminer la rédaction de notre prochain livre qui sortira au printemps 2018 nous espérons... 










SaveSave

Animer des ateliers créatifs avec des enfants

Karine est la créatrice de la marque de kits créatifs : Les Enfants Nomades, elle est aussi l'auteur d'un livre aux éditions Hachette : 50 activités pour éveiller vos enfants. Elle a suivi nos formations dont celles sur l'Organisation d'ateliers créatifs et a parcouru un beau chemin depuis ! Comme nous aimons gardé le contact avec nos stagiaires, nous sommes allées prendre de ses nouvelles et l'avons aussi sollicitée pour notre prochain livre. Son témoignage sera donc présent parmi beaucoup d'autres et nous avons choisi de partager ici un bout de cette interview axée sur son travail avec les enfants après la classe. Elle a en effet eu la tâche de monter pour sa commune un programme d’ateliers créatifs périscolaires (dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires).




Comment as-tu pensé ton planning ? Quels conseils peux-tu donner côté logistique et thématique ?

J’avais pour ambition non pas d’occuper les enfants mais d’apporter réellement quelque chose sur le plan de leur développement. Je travaille autours des intelligences multiples qui sont au nombre 8 (linguistique, logico-mathématique, interpersonnelle, intrapersonnelle, visuo-spatiale, kinesthésique, musicale et naturaliste). L’école (en général, il existe toujours des exceptions) fait travailler principalement l’intelligence linguistique et l’intelligence logico-mathématique. L’idée est donc d’apporter des activités qui permettent de mobiliser les autres intelligences. Nous sommes tous pourvus de ces 8 intelligences. Elles sont supportées par des régions du cerveau différentes mais interconnectées (par exemple en mobilisant l’intelligence musicale, on fait travailler aussi l’intelligence linguistique et logico mathématique). Nous avons tous deux à trois intelligences dominantes. Ainsi dans un programme global, sur une année scolaire, chaque enfant aura renforcé ses dominantes et mobilisé des intelligences secondaires. Ainsi les enfants ont eu des activités sportives : multisport, tennis, yoga (intelligences kinesthésique, interpersonnelle et intrapersonnelle), de l’éveil musical (intelligence musicale), des ateliers sensoriels, des jeux stratégiques et collectifs (intelligences interpersonnelle et intrapersonnelle), du théâtre et des ateliers philo (intelligence intrapersonnelle et linguistique), du jardinage et du landart (intelligence naturaliste), différents ateliers créatifs (permettant de mobiliser l’intelligence kinesthésique, l’intelligence visuospatiale) et des ateliers scientifiques (intelligence logico-mathématique).

Il y avait 135 enfants inscrits, répartis en 11 groupes d’enfants ( 5 groupes de 10/11 enfants pour les maternelles et 6 groupes de 14/15 enfants en primaire) pour un total de 44 ateliers chaque semaine. Après chaque vacances scolaires, le programme de chaque groupe changeait avec en constante pour tous un atelier créatif par semaine. Chaque atelier était suivi sur plusieurs séances (par exemple cuisine tous les lundis pour un cycle donné etc.), ce qui était très pratique pour réaliser un projet pouvant prendre plusieurs séances. Au début de l’heure il y avait un quart d’heure de décompression, sorte de récréation où les enfants pouvaient se restaurer, aller aux sanitaires, se dépenser. Au fur et à mesure de l’année, nous avons organisé des jeux sur ce quart d’heure (corde à sauter géante, jeux collectifs, marelles, chorégraphie sur de la musique etc.).

J'ai tenu compte de l'âge des enfants. En effet vers 8 ans, logiquement il y a un amoindrissement continu, mais j’ai pu constater une progression pour certains d’entre eux, le fait d'entraîner leur créativité a été bénéfique : au fur et à mesure la fenêtre sur leur imaginaire s’est agrandie et je me suis toujours demandé si les remettre avec les 6-7 ans n’auraient pas eu un effet positif où cette fois les plus petits auraient tirés les plus grands vers le haut. Par ailleurs, cette capacité de logique qui se développe permet de réaliser des ateliers créatifs « en mode projet » : ils sont à même de planifier sur papier comment ils vont s’y prendre, avec quoi et ensuite s’y tenir et s’y référer. Ce mode projet qui se déroule sur plusieurs séances permet d’assouvir leur besoin de « logique » tout en les amenant à développer leur créativité et à aller explorer un imaginaire qu’ils ne seraient pas allés chercher sinon. Je n’ai pas vu de différences entre les 8 ans et les 9 ans qui n’étaient pas ensemble mais dont les habiletés sont identiques c’est à cause du 3ème élément que je n’ai pas cherché à les réunir.

Au-delà de 9 ans il y a encore un palier : c’était plus compliqué de réaliser des ateliers artistiques déjà à cause de cet imaginaire qui est bridé par le développement de la pensée logique et qui n’a pas été entraîné pendant la phase de déclin.

Tu gères une équipe de plusieurs animatrices, comment as-tu fait pour dupliquer tes pratiques pédagogiques et créatives auprès d’elles ?

Je coordonnais une équipe de 22 personnes qui s’alternent parmi lesquelles des experts dans leur domaine (profs de sport diplômé d’état, créatrices, comédiens profs de théâtre…), des lectrices bénévoles de l’association « lire et faire lire », une bibliothécaire, des ATSEM (aguerries aux ateliers créatifs qu’elles animent durant l’école) et du personnel municipal (dames de cantine) qui, si elles sont bien meilleures que moi en jeux collectifs (leur aide à ce niveau m’a été précieuse), sont  très éloignées des ateliers créatifs, ludiques ou scientifiques qu’elles allaient animer. Il était essentiel pour moi de les accompagner sur ce changement de pratique.

D’une part, durant l’été qui a précédé la rentrée scolaire, j’ai suivi tout d’abord auprès de Sophie-Charlotte Chapman une formation de formateur à l’animation d’atelier : malgré mes deux années d’expériences sur le terrain (j’ai animé beaucoup d’ateliers pour enfants avant cette expérience d’ « ateliers après l’école », j’animais des ateliers dans des concepts store, des paillotes d’été, un musée d’art contemporain, pour des évènements – anniversaire de magazine, défilés de mode etc.) je n’avais pas de recul par rapport à ma pratique. J’ai ressenti ce besoin pour prendre confiance en ma transmission et la formation que j’ai suivie m’a été bénéfique car tu as mis des mots sur ce que je faisais et ce que je vivais pendant ces ateliers. Combinant ma pratique, mes axes sur la pédagogie bienveillante (présents dans mon ouvrage « 50 activités pour éveiller vos enfants » ed. Hachette) et l’apport de cette formation, j’ai pu rédiger un programme de formation sur une journée et demi qui se terminait par la démonstration du matériel qu’elles allaient utiliser. Un des gros points de cette formation portait sur l’attitude à avoir pendant un atelier : leur rôle changeait du tout au tout : de « gardiennes de l’ordre » elles passaient animatrices pouvant nouer des liens privilégiés avec des groupes en petit nombre d’enfants.

D’autre part, pour chaque atelier créatif et scientifique, j’ai créé des modèles ou des prototypes ainsi que des fiches – sorte de tutoriels avec les pas à pas expliqués, imagés et des conseils en terme d’organisation. Chaque jour, je préparais des chariots en fonction des ateliers à leur attention, puis chaque soir de la semaine, je faisais le tour de tous les ateliers pour voir si tout se passait bien et leur apporter mon aide et transmettre mon savoir-faire quand c’était nécessaire. Chaque projet prenait de une à trois séances rarement plus, je n’ai pas encore fait le décompte des projets différents réalisés sur l’année mais c’est énorme… j’ai sollicité de leur part beaucoup d’adaptabilité, de souplesse qu’elles m’ont donnée sans réserve.

Ces femmes avaient plus de 50 ans pour la plupart et ne connaissaient que ce qu’elles avaient vécues elles-mêmes.  Si la pédagogie bienveillante et l’animation d’atelier étaient très éloignées de leur pratique, leur motivation et l’ouverture d’esprit dont elles ont fait preuve vis-à-vis de mon programme ont permis leur conduite au changement et la réussite du projet de TAP atypique. Un programme n’est rien sans les personnes qui l’animent. Un chef d’orchestre, tout performant qu’il soit, n’est rien sans de bons musiciens… moi j’ai eu beaucoup de chance, ces vingt-deux personnes qui ont acceptés de faire partie de mon équipe sont tous de très bons musiciens

Retrouvez les idées, tutos et conseils de Karine sur son site : http://lesenfantsnomades.fr/bacasable/

Comme elle, formez -vous à l'organisation d'ateliers créatifs en suivant notre formation

jeudi 16 novembre 2017

Rappel : nous serons samedi au salon CSF !

Nous serons toutes les deux présentes sur le stand de notre éditeur Eyrolles Loisirs Créatifs au salon Créations et savoir-faire ce samedi 18 novembre pour une séance de dédicaces/conseils de 11h à 13h autour de nos livres : 



Nous espérons avoir cette année encore la chance de rencontrer plein de
 supers Entrepreneuses Créatives en activité ou en devenir !

Venez nous poser toutes vos questions : c'est gratuit !!!

mercredi 15 novembre 2017

{Formations} Organiser des ateliers créatifs - Inscriptions ouvertes !

Votre place vous attend !

Notre session de formation en ligne pour apprendre à Organiser et lancer vos propres ateliers créatifs aura lieu les 15 / 22 / 29 janvier prochains et vous pouvez enfin réserver votre place au prix de 60 euros au lieu de 80 euros et ce jusqu'au 30 novembre prochain !




Chaque année, nous accueillons des entrepreneuses de France aux parcours et aux projets d'ateliers super variés. Du tricot, en passant par la couture, la peinture, la poterie, l'écriture créative, l'art floral ou encore la fabrication de produits naturels pour la maison, nous sommes toujours agréablement surprises par toutes les idées que vous avez en tête et que vous pourrez concrétiser grâce à cet atelier !

Tout le programme - pour apprendre à mettre sur pied de manière structurée votre offre d'ateliers, puis à la commercialiser et enfin à les animer avec succès le jour J - est en ligne sur notre site ainsi que le bouton Paypal : suivez ce lien !!

mardi 17 octobre 2017

Ungrandmarche.fr, le nouveau marketplace made in France

Pierre et Philippe sont deux entrepreneurs du web, qui ont passé leur vie antérieure en agence web et en service informatique. Quand en juillet dernier, A little market annonce brutalement la fermeture de sa plateforme, ils constatent le désarroi de nombreuses créatrices dans leur entourage et après un rapide sondage via Facebook, un millier de personnes intéressées leur laissent leur email en 24 heures seulement. Ils réalisent alors qu’une place est à prendre mais surtout qu’il existe un réel besoin émanant de la part de ces françaises qui ne souhaitent pas rejoindre la plateforme américaine Etsy, ayant légitimement peur d’être noyées dans la masse des vendeurs internationaux.

Ils annulent leurs vacances en accord avec leurs familles et montent une équipe de 9 personnes aux compétences variées notamment dans le domaine du web, du référencement et de la communication. Ils enchaînent trois mois de travail non-stop pour lancer le 2 octobre dernier la plateforme ungrandmarche.fr !



Des compétences requises, des semaines à bûcher sur ce nouveau projet « non prévu », et surtout le soutien sans faille de la communauté des créatrices ont permis la naissance de ce nouveau marketplace du fait-main français. Ils permettent les inscriptions sur leur site dès le 17 juillet pour « réserver » une boutique, début août l’enregistrement des articles en ligne est ouvert : plus de 100 000 créations sont alors mises en vente. Au fur et à mesure des remontées des utilisateurs membres, ils font évoluer la plateforme en associant les demandes de la communauté avec laquelle ils travaillent main dans la main et c’est désormais un peu plus de 6000 boutiques et 900 000 articles qui sont aujourd’hui présents sur la plateforme. En deux semaines d’existence, ungrandmarche.fr enregistre un millier de ventes. Les chiffres sont prometteurs et l’équipe n’entend pas s’arrêter là : des améliorations sont prévues pour les mois à venir afin de doter le site de nouvelles fonctionnalités. La plateforme a fait le choix de se rémunérer sur les ventes des créateurs, il n’y a donc pas d’abonnement ni de frais prélevés à chaque mise en ligne. Il n’y a pas non plus de commission prise sur les frais de port.

Quelles différences avec ALM, nous demanderez-vous ? Nous leur avons demandé la même chose :
-       Un nouveau départ à neuf avec des produits et des vendeurs qui ne sont plus obsolètes et qui n’encombrent plus l’espace de vente, une sorte d’écrémage naturel en somme
-       Une force de communication importante à travers leur équipe marketing et les relations presse dont il bénéficie
-       Une disponibilité en temps réel : une réponse rapide permise avec le chat en ligne, ce qui nous permet aussi de collecter des retours rapides pour mettre à jour et faire évaluer la plateforme

Si les particuliers y sont acceptés, le système d'encaissement des ventes déclare à l'Etat tous les gains enregistrés par ces personnes, charge à elles de les déclarer comme il se doit.



En attendant ces évolutions à venir, la plateforme est totalement opérationnelle, elle est sécurisée, intuitive, simple et bien pensée pour les vendeurs comme les acheteurs. Cet outil va vraisemblablement favoriser les ventes et dont le référencement est travaillé en permanence.